Porter son bébé physiologiquement, qu’en est-il du porteur?

 

Quand on parle portage, on parle beaucoup de la physiologie du bébé porté, qui est en effet très importante, mais hélas beaucoup moins de la physiologie du porteur, et de ses besoins à lui.
Etant ergothérapeute, et ayant de plus travaillé dans une « Ecole du dos », je trouve cet aspect pourtant très important, essentiel même car il va influencer la santé et  les possibilités portage de chacun (durée, fréquence,...).

 

J’aborde donc dans cet article quelques aspects importants pour le porteur : la physiologie de l’adulte en position debout (colonne vertébrale et centre de gravité), comment porter en général en respectant sa physiologie, et enfin quelques généralités concernant le choix les porte-bébés. 

 

Cela reste un résumé qui grâce à quelques principes généraux a pour but de vous donner quelques outils pour votre bien-être.
N’hésitez donc pas à vous adresser aux professionnels de la santé en cas de problèmes persistants ou récurrents. 

 

Et n'oubliez pas que chaque individu est différent et les ressentis pourront varier d’une personne à l’autre. Apprenez à vous connaître et à respecter votre corps !

 

 

 

  1. La position physiologique du porteur (en position debout)


 J’aborde dans cette partie exclusivement la position physiologique de la colonne vertébrale. En effet, c’est en général cette partie du corps qui va le plus être mise à contribution quand on porte. Il va de soi que si vous souffrez de problèmes physiques (problèmes aux genoux par exemple), le portage pourra les accentuer. 

 
 

La position physiologique de notre colonne vertébrale

La colonne vertébrale est constituée d’une série de petits os appelés vertèbres, articulées entre elles par les disques intervertébraux, sorte de coussins avec un noyau en leur centre.

 

En position neutre, la colonne présente plusieurs courbures naturelles :

 

  • Au niveau de la nuque (lordose cervicale
  • Au niveau du des omoplates (cyphose dorsale)

  • Au-dessus des hanches (lordose lombaire)

 

Porter un poids va augmenter les pressions au niveau de notre corps. Si celles-ci sont bien réparties, cela aura un impact limité .
Quand ces courbures sont respectées, la pression liée au poids du corps est correctement répartie sur les vertèbres et les disques intervertébraux. Dans le cas contraire, avec le temps, elles pourront provoquer des lésions
.

 

Pour connaître votre position neutre, vous positionnez votre tête droite, regard au loin, et vous vous grandissez le plus possible.

 

Notre centre de gravité

 

Notre centre de gravité se situe dans notre ventre, derrière notre nombril.

Au plus les charges que nous portons sont près de ce centre de gravité, au plus elles seront confortables et sécures à porter.

En pratique, nous avons deux moyens pour y arriver :

  • En portant à hauteur du nombril (portage ventral) ou au niveau du creux lombaire (portage dorsal)
  • En portant de sorte à ce que le poids porté soit réparti le plus possible sur notre corps.

 

La femme : un cas particulier

 

La femme est un cas particulier, car la courbure de sa colonne vertébrale se modifie au cours de la grossesse : le poids du ventre tire les vertèbres lombaires vers le bas, et pour contrebalancer ce poids qui s’étend vers l’avant, la femme va positionner le haut de sa colonne vers l’arrière. Cela accentue donc le creux lombaire, même si essayer de maintenir un maximum la position neutre ralentira ce phénomène. 
 
Le centre de gravité est lui aussi déplacé, les hanches sont plus ouvertes favorisant une position des jambes vers l’extérieur, la position corporelle générale est adaptée pour rester en équilibre,...

De plus, le corps de la femme serait fait pour le portage : les hanches avec la taille marquée permettent une assise idéale pour le bambin, ainsi que le creux lombaire sur lequel il peut reposer. 

En cas de douleur, je vous conseille de vous adresser à un ostéopathe. C’est possible même pendant la grossesse s’il est formé pour prendre en charge des patientes enceintes.

 

2. Comment porter en respectant sa physiologie ?

 

De manière générale, et quelle que soit la situation, il faut favoriser :

  • position neutre de la colonne vertébrale
  • le portage au plus près de notre centre de gravité ou une répartition du poids sur un maximum de points de notre corps


Cela est encore plus important quand nous portons !
Les tensions sur la colonne sont alors plus importantes et donc les mouvements à risque auront un impact beaucoup plus important.

Il est important d’avoir des chaussures adéquates : confortables et plates. Il faut absolument éviter de porter en talons, mesdames !

 

Comment favoriser la position neutre au quotidien

 

Pour maintenir la position neutre, il faut éviter les flexions, extensions, torsions  et flexions latérales du dos.

 

 

 

Flexion du dos

 

 

 

Pour éviter les flexions du dos :

  • Il faut faire des activités à hauteur du nombril
  • Fléchissez les jambes. Ex: position dite du chevalier (attention à ne pas laisser traîner les pans de votre porte-bébé!)

  • Utilisez des points d'appui aide également à soulager le dos

 

 

 

 

Position du chevalier 

Point d’appui

 

Pour éviter les extensions du dos :

  • Il faut faire des activités à hauteur du nombril et ne pas lever les bras plus haut que l'horizontale
  • Il faut grimper sur une marche, un escabeau ou une échelle (le support doit toujours être stable !)

 

Attention!!! 
On ne monte pas sur un escabeau ou une échelle avec un bébé porté!!!

 

 

Pour éviter flexions latérales:

 

  •  Il faut faire des activités à hauteur du nombril

  • Il faut faire des activités face à soi (et donc se déplacer si nécessaire)

  • Fléchir les jambes (position dite du chevalier)

 

 

 

Pour éviter les torsions(rotations) du dos:

  • Il faut faire des activités face à soi
  • Il faut se déplacer  c’est-à-dire bouger les jambes plutôt que le dos

 

 


Porter un enfant, n’est pas porter un poids inerte. En fonction de son tonus, l’enfant devient de plus en plus mobile et peut favoriser de mauvaises positions en se penchant par exemple. Il est donc important de trouver une position portage qui évite que l’enfant compense en se penchant. 
Exemple : porter en dos assez haut pour qu’il puisse voir par-dessus l’épaule du porteur.



 

 


 Quand vous portez, si vous n’êtes plus en position verticale neutre
 

Il faut absolument éviter:

  • les positions statiques, l'immobilisme
  • les mouvements répétitifs, qui seront d’autant plus néfastes s’ils sont extrêmes, en pliant la colonne (flexion/extension) ou en la tordant (rotations)

  • les ports de charge supplémentaires, surtout si elles sont loin de votre centre de gravité et/ou asymétriques 

  • les mouvements en force

Il faut favoriser

  • les points d'appui
  • une diminution de la charge au niveau du dos en portant plus sur les hanches

 Respecter sa physiologie, ça commence déjà quand on soulève bébé. Pour protéger son dos, on se met à sa hauteur (en position chevalier) et on le prend contre soi.

Pour les bambins qui savent déjà se mettre debout, il est conseillé de les inviter à se redresser avant de les soulever
  .

 

 

3. Et du côté des porte-bébés ?

 

Il existe une multitude de modèles de porte-bébés et tous conviennent à certains et ne conviennent pas à tous.  

 

Ce qu’il faut savoir, c’est que :

  • Chaque porteur est différent : morphologie, sensation de confort personnel, faiblesses corporelles,...
  • C’est en essayant au moins sur une durée de 15-20 minutes que vous saurez si le porte-bébé vous convient dans la position de portage testée. Par exemple, un certain modèle de préformé peut vous convenir en portage ventral mais pas en portage dos.

  • Un porte-bébé peut vous convenir à un moment donné et plus à un autre moment en fonction de l’évolution du poids, de la morphologie et de la tonicité de bébé, ainsi qu’en fonction de l’évolution de votre propre morphologie (perte ou prise de poids par exemple).

 

Quelques principes généraux :

  • Les porte-bébés en tissu que l'on déploie s'adaptent à toutes les morphologies (sling, écharpe, mei tai, onbuhimo à anneaux)
  • Le rembourrage peut (selon son épaisseur) rendre le porte-bébé plus rigide. Cela peut avoir une incidence positive ou négative pour le porteur selon sa morphologie et les zones concernées (ceinture – bretelles).

  • Au plus il y a de zones de contact entre le porte-bébé et le porteur, au mieux le poids sera réparti sur celui-ci et au plus il sera confortable (ex : un onbuhimo sera généralement moins confort qu’un préformé)

 

Et selon la position de portage:

 

    Le portage dans le creux du dos est le plus physiologique pour le porteur, car une partie du poids de bébé repose sur son inclinaison lombaire située à hauteur de son centre de gravité permettant également qu’une partie du poids passe sur les hanches (et donc les jambes) du porteur et non sur sa colonne du porteur.  
  Le portage ventral ne pose pas de problème jusqu’à un certain poids. Quand bébé pèse lourd, cela devient inconfortable pour le porteur.    
    Le portage hanche, portage asymétrique n’est pas optimal pour le porteur. Quand bébé commence à peser lourd, il faut vraiment limiter à du portage de courte durée.  

 

 

 Voilà, j'espère que cet article aura pu vous être utile. Bons portages!